Author Archives: La Discordia

A propos d’un dispositif de surveillance trouvé, documenté et détruit à Paris

Toutes les versions de cet article : [ελληνικά] [English] [français] [italiano]

Fin septembre nous avons mis fin à des doutes sur la présence d’un dispositif de surveillance visant la bibliothèque anarchiste La Discordia dans le Nord-Est de Paris. Un dispositif qui se trouvait dans l’école Montessori « Plaisir d’enfance » située juste en face de la bibliothèque au premier étage dans un cagibi, donnant sur la fenêtre (le dispositif avait la forme d’un « dossier en carton »). Le mardi 6 octobre, nous avons décidé de rentrer dans l’école pour prendre contact avec la direction. Nous finissons avec insistance par obtenir un rendez-vous avec la directrice administrative et financière de l’école. Celle ci, dans un premier temps nie, mais acculée, elle finit par reconnaître (à demi-mot) l’existence du dispositif dans son école (et donc l’autorisation/collaboration de la direction). Après de longues « négociations » avec elle et son supérieur, et de lourds efforts de leur part de temporisation (pour pouvoir « appeler son contact »), nous finissons, après la sortie des classes, par obtenir l’accès au cagibi. Prenant nos responsabilités, nous décidons rapidement de nous emparer du dispositif par la force. Nous nous rendons alors compte que tout le monde est au courant de sa présence dans l’école. Nous réussissons à sortir rapidement malgré quelques « résistances ». Le kéké de l’école est sorti pour regarder où nous allions afin de faciliter encore plus (et une fois encore), le travail des flics. Nous apprenons par ailleurs que le dispositif était en place depuis au moins la deuxième semaine de juillet 2015.

 

panorama

routeur  ouvertcam  antennes

Considérations techniques

Le dispositif était sous la forme d’un boîtier rectangulaire, bruyant (ventilateurs) d’environ 40x25x25 cm en plastique dur, branché sur secteur (sans batteries). Le boîtier présente un trou d’environ 4 cm de diamètre pour la caméra, trois câbles en sortaient au bout desquels se trouvaient deux antennes à pointe (probablement des capteurs sonores) et un troisième capteur petit et carré. À l’ouverture du boîtier, nous découvrons du matériel technologique de pointe :
Un routeur wifi avec deux cartes SIM (Bouygues), un GPS, trois entrées cellulaires, une entrée stéréo.
Un processeur.
Un dispositif téléphonique avec une carte SIM Orange (ce qui signifie que les données n’étaient pas stockées mais transmises en direct).
Une camera avec deux niveaux de zoom, commandable à distance.
Et d’autres types de matériels que nous ne sommes pas parvenus à identifier (mais que vous trouverez sur les photos téléchargeables ci-après).

Nous mettons à disposition une certaine quantité de photos en invitant les personnes capables, à partager leurs connaissances techniques sur le sujet : 1 et 2.

Pour conclure

Ces dispositifs qui ont d’abord pour but de surveiller, ont aussi comme objectif secondaire celui de nous faire peur et de nous apprendre à nous limiter nous-mêmes. Mais cela ne marche pas. Ce ne sont ni la peur ni la répression qui déterminent nos pratiques, mais seulement nos idées. Quoi qu’il en soit, il est logique de soupçonner que ce type d’« attention » (somme toute, assez banale) touchera encore La Discordia comme tout autres lieux considérés comme subversifs par l’État.

Nous savons, par exemple, que d’autres dispositifs de surveillance ont été découverts ces dernières années dans différents endroits en France (Montreuil, Cévennes, Lille, etc.). Mais nous ne le savons que par « copinage » alors qu’il nous paraît très important de rendre ces informations publiques afin qu’elles puissent profiter à tous, plutôt que de s’enfermer dans des réflexes imbéciles et contre-productifs de panique.

Pour la DGSI et leurs amis : si vous cherchez votre matériel, vous le retrouverez, en pièces détachées, à quelques mètres de profondeur, dans le canal de l’Ourcq, au niveau de la rue de Nantes. Bonne pêche ! (on a toujours rêvé de voir des porcs flotter)

Des livres, pas des flics !

Quelques participant/es à La Discordia.
ladiscordia@riseup.net
http://ladiscordia.noblogs.org/

Nota Bene (08/10/2015) : Nous nous dissocions entièrement de la reprise de ce communiqué par des sites ou des groupes racistes/racialistes, conspirationnistes et/ou d’extrême-droite en général (comme celui, en l’occurrence, d’Alain Soral). Parfois, les ennemis de nos ennemis sont aussi nos ennemis. Concernant les journalistes : nous n’avons strictement rien à vous déclarer, car comme vous, nous avons choisi notre camp dans la guerre sociale, et ce n’est pas le même.

Programme d’octobre 2015

Télécharger le programme de la Discordia – octobre 2015

octobre

La bibliothèque est ouverte tous les lundis de 16h à 20h.

On trouvera toutes les suggestions de lecture sur les discussions à la bibliothèque en version papier. Pour être tenus au courant par mail des activités de La Discordia envoyez « Mailing-list » à ladiscordia[at]riseup.net


 Allende, ou comment la social-démocratie chilienne a préféré le putsch militaire à la révolution

Jeudi 15 octobre 2015 – 19h

« Nous vous avertissons […] que vous serez responsable d’avoir mené le pays non pas à la guerre civile qui est déjà en plein développement, mais au massacre froid, planifié de la classe ouvrière la plus consciente et la plus organisée d’Amérique latine ».
Voilà comment se termine la lettre des cordons industriels (une coordination autonome territoriale d’ouvriers) au président Allende, quelques jours à peine avant le coup d’État qui inaugurera 17 ans de dictature militaire.

Notre objectif est de déboulonner les illusions au sujet de la démocratie socialiste d’Allende. De s’intéresser à ce qui s’est passé de 1970 à 1973, à la répression du mouvement révolutionnaire, et comment le « camarade Allende » a préféré laisser la bourgeoisie et les militaires gagner du terrain, au détriment d’un mouvement révolutionnaire en pleine ébullition qui ne voulait pas se contenter d’une social-démocratie tiède. Pinochet n’a pas eu besoin de l’aide de la CIA pour établir la torture au Chili, le socialiste Allende l’avait fait avant lui, torturant et assassinant ceux qui voulaient aller trop loin, et désarmant les ouvriers qui sentaient que le vent tournait dans un très mauvais sens pour eux.

Quelques suggestions de lecture :

  • Notes sur le Chili – 1983
  • Lettre des cordons industriels [Il est inutile de préciser que nous ne nous retrouvons pas du tout dans la vision léniniste du GCI, et la lettre des cordons industriels de 1973 n’a, ici, qu’un intérêt historique. Ces deux textes présentent des idées qui peuvent nourrir le débat que nous avons préparé, et surtout donner quelques informations difficilement trouvables ailleurs.]

Sociobiologie : quand la science justifie la domination sociale

Mercredi 28 octobre 2015 – 19h

La sociobiologie est la science qui prétend expliquer nos rapports sociaux, nos émotions et nos comportements par des facteurs biologiques, même si elle fait mine aujourd’hui de tenir compte du social. Ses discours portent souvent sur des gènes particuliers, des hormones particulières ou encore, liés aux premiers, sur le fonctionnement de certaines zones du cerveau, qui sont censés expliquer l’existence de nos prétendus « instincts naturels ». Ainsi, les sociobiologistes affirment avoir déterminé quel gène « déclenche » la production de l’hormone qui, à son tour, « stimule » entre autres choses le développement de « l’instinct maternel ». Par suite, ils proposent de palier à la faiblesse, voire à l’absence de tels « instincts » par des kits de survie biologiques, ou même psychologiques. En naturalisant ainsi ce qui relève du social et de l’histoire, la sociobiologie apparaît comme l’un des moyens privilégiés pour domestiquer les individus, sous prétexte de les aider à surmonter les souffrances qui les tourmentent. Elle les empêche de remettre en cause le carcan des rôles qui les écrasent et donc participe au maintien de la domination sociale et étatique.

Quelques suggestions de lecture :

Et voici une interview (en français avec traduction en italien) sur la socibiologie, passée sur Radio Black Out de Turin le dimanche 1er novembre :

 

 

 

“LA DISCORDIA” – NOVA ANARHISTIČKA BIBLIOTEKA

Discordia je radikalno neslaganje, nasilna nesuglasica koja dovodi ljude u opoziciju i stavlja ih jedne nasuprot drugih. Mi pak želimo ohrabriti da se postave protiv ovog starog svijeta i njegovih pobornika, kao što se već dešava, tamo i ovdje, kroz brojna djela pobune i nepokornosti. Nemamo namjeru bacati vodu na usijanu žeravicu tih pobuna, nego, radije, kao božica Diskordija [Eris], bacati jabuku nesloge usred ovog društva, u kojem su, izgleda, trgovački i represivni odnosi nadvladali uzajamnu pomoć, solidarnost i potragu za životom koji bi željeli živjeti. I protiv ove raširene rezignacije i potrage za suglasnošću pod svaku cijenu – čak i pod cijenu apatije.

Daleko od svih dogmi i uz anarhističku perspektivu, La Discordia je knjižnica kojoj je cilj gajiti revolucionarni projekt u nekim od osnovnih aspekata: kroz čitanje, raspravu, teoriju, pisanje, papir, diskusiju. Mjesto za susret u kojem će se izmijenjivati informacije o tekućim zbivanjima u revolucionarnom i anti-autoritarnom pokretu diljem svijeta, uspoređivati ideje, otkrivati, kopati; mjesto u kojem rasprava nije nužno sinonim za suglasnost i nije isključivo za stručnjake. Radi se i o fizičkom prostoru, kako bi se izašlo iz virtualnog, uz osobnu raspravu, licem u lice, i dijeljenjem. To su knjige, novine, letci, brošure, plakati i drugi dokumenti, arhive današnjice i prošlosti, doprinos prijenosu povijesti individualnih i kolektivnih borbi. Sve što može doprinijeti razvoju ideja, raskidom s državom, politikom i kapitalizmom. Ako je Diskordija izazvala Trojanski rat svojim provokativnim činom, mi se nadamo da ćemo našim na neki način doprinijeti ratu protiv svih autoriteta, dodajući gorivo njegovim idejama.

La Discordia je autonomna (i deficitarna) knjižnica, koja ovisi i o vašoj podršci i sudjelovanju. Nalazi se na sjevero-istoku Pariza, i želi još diskretno ali stalno prisustvo anarhista u ovom kvartu, već par godina, učiniti uočljivijim i pristupačnijim.

Slobodno pogledajte program i katalog, i nadasve svratite posuditi knjige, mirno raditi na arhivima, otkriti nove tekstove i brošure, pogledati distribuciju, ostaviti publikacije, raspraviti, predložiti nešto ili jednostavno provesti par sati izvan raširene rezignacije.

Knjige, ne panduri!

 

Bibliothèque anarchiste La Discordia
45, rue du Pré Saint-Gervais
75019 – Paris

Permanences tous les lundis de 16h à 20h (ou sur RV).

ladiscordia [at] riseup.net

Programme de septembre 2015

Télécharger le programme de la Discordia – septembre 2015

septembre2015-Discordia

La bibliothèque est ouverte tous les lundis de 16h à 20h.

On trouvera toutes les suggestions de lecture sur les discussions à la bibliothèque en version papier. Pour être tenus au courant par mail des activités de La Discordia envoyez « Mailing-list » à ladiscordia[at]riseup.net


Prison et peines alternatives : deux maillons de la même chaîne

Jeudi 3 septembre 2015 – 19h

Le gouvernement socialiste nous présente l’ « individualisation des peines » et la conséquente augmentation des possibles alternatives à la détention (bracelet électronique, contrainte pénale, mise à l’épreuve, etc.) comme un progrès. En réalité, il ne s’agit que d’élargir la prison en dehors de ses murs. Il ne s’agit pas de réduire l’enfermement, mais plutôt d’augmenter le contrôle en en diversifiant les moyens, comme le démontre la construction en parallèle de nouvelles prisons de plus en plus « sécurisées ». Et la carotte des peines alternatives sert aussi à justifier le bâton de conditions de détention toujours plus dures. On aimerait chercher quelques pistes de réflexion pour refuser ce piège et viser à la seule issue valable : la destruction de toute prison.


Apéritif de soutien

Vendredi 11 septembre 2015 – 18h

Voir la page Nous soutenir.


Les mythes de la Résistance

Jeudi 17 septembre 2015 – 19h

Pourquoi revenir sur l’époque de la Résistance ? Parce que les mythes qu’elle porte, à commencer par celui de la guérilla conduisant à l’insurrection contre le fascisme au cours de l’Occupation, et à l’instauration de la démocratie sociale à la Libération, sont des mythes nationalistes et étatistes qui justifient l’existence de l’Etat-Nation hexagonal. Hier, ils ont permis de passer sous silence les antagonismes violents entre d’un coté les partis gaullistes et staliniens, unis sur l’essentiel (la restauration de l’Etat et de l’Empire qui allait avec) et de l’autre les révoltés qui songeaient surtout à secouer le joug de la domination, jusqu’à l’écrasement de ces derniers. Aujourd’hui, à titre de roue de secours idéologique contre le « néo-libéralisme », le rôle néfaste de ces mythes perdure jusqu’au sein d’occupations de type zadiste. Ils facilitent les opérations de reconstitution d’oppositions de gauche, à gauche de la gauche « caviar » représentée par le Parti socialiste. Ils entravent toute tentative de ruptures subversives avec ce qui nous écrase.

Suggestions de lecture :


Quel antifascisme aujourd’hui ?

Jeudi 24 septembre 2015 – 19h

Depuis la mort de Clément Meric, l’anti-fascisme a repris du poil de la bête en France. Malheureusement, celui-ci se décline plutôt sous ses aspects folkloriques/culturels et contre-culturels que révolutionnaires, théoriques et pratiques. Nous tenterons ici d’analyser et de réfléchir aux formes qu’a pris l’antifascisme depuis son dernier regain d’intérêt dans la France des années 2010 et ailleurs, à travers les réactions à la mort de Clément. Puis, plus généralement, essayer de réfléchir de façon libre, avec une perspective révolutionnaire et contre toute forme de gouvernement, à la portée et la pertinence de l’antifascisme aujourd’hui, sous régime démocratique.

Quelques suggestions de lecture :

Juillet 2015 – Grèce : réformisme ou anarchie ?

Télécharger le flyer de la Discordia – juillet 2015

disco grecePermanences tous les lundis de 16h à 20h.


Grèce : réformisme ou anarchie ?

Après l’arrivée au pouvoir de Syriza, le mouvement anarchiste grec est dans une phase de recherche et de reconstruction. L’arrivée de la gauche au pouvoir marquant le retour en force des idées démocratiques et réformistes, quelles sont les forces et les limites de ce mouvement dans une période où l’ennemi au pouvoir change de forme, de visage et de manière de gérer le pouvoir ? Quelles réflexions pouvons nous en tirer et approfondir dans une perspective révolutionnaire ? Nous essayerons de réfléchir à ces questions en présence de compagnon/nes anarchistes venus d’Athènes. L’argent récolté lors de ce débat ira à la Caisse de Soutien des Combattants Emprisonnés en Grèce (Tameio).

Dimanche 12 juillet 2015  –  19h.

On pourra lire un petit quatre-page réalisé pour l’occasion : Contre Syriza et son monde – Contre toute autorité.

Programme de juin 2015

Télécharger le programme de la Discordia – juin 2015

juin2015-DiscordiaPermanences tous les lundis de 16h à 20h.


Petite histoire de la George Jackson Brigade

Jeudi 11 juin 2015 – 19h

A l’occasion de la sortie de Petite histoire de la George Jackson Brigade (Aviv Etrebilal, Ravage Editions, mars 2015), retour sur le parcours de ce groupe et discussion autour des luttes anticarcerales et des dominations sexistes à travers les Etats-Unis des années 70 (Le livre est disponible à La Discordia ou auprès de Ravage Editions).

L’histoire de la GJB, groupe armé révolutionnaire et anti-autoritaire, est une histoire belle et sulfureuse, un récit de courage et de détermination méconnu et passionnant. Mais il ne serait pas intéressant d’en livrer un tableau hagiographique parfait, qui sonnerait bien faux. Nous explorerons l’histoire de ce groupe armé qui a opéré dans la région de Seattle au milieu des années 70, contre le système carcéral d’abord, mais aussi contre le capitalisme et la domination en général. Nous en profiterons également, à travers les parcours atypiques de ses membres, pour explorer quelques expériences rares de gangs de prisonniers homosexuels et transgenres, composés d’anarchistes et autres rebelles contre le sexisme, l’homophobie, les pratiques et la culture du viol et de l’esclavage sexuel dans le milieu carcéral, ainsi que contre toutes les prisons.


Apéritif de soutien

Dimanche 21 juin 2015 – 19h

Voir la page Nous soutenir.


Hors de nos vi(ll)es : Lutter contre la police

Jeudi 25 juin 2015 – 19h

L’occupation policière des villes se montre de plus en plus pour ce qu’elle est : un acte de guerre contre les pauvres et les indésirables. La police réprime et tue celles et ceux qui ne sont pas utilisables par le pouvoir, celles et ceux qui se rebellent. Demander une police plus démocratique, demander vérité et justice pour ses victimes revient à reconnaître la nécessité de son existence. Mais une autre possibilité existe, des rues de Baltimore à celles de Ferguson, de Tel Aviv ou de Besançon : la révolte. 


On trouvera des conseils de lecture sur les discussions à la bibliothèque et sur son site. Pour être tenus au courant des activités de La Discordia envoyez « Inscription » à ladiscordia [at] riseup.net

Anarchist library La Discordia

Discord is profound disagreement, violent dissent that puts people in opposition and sets them against each other. What we want to encourage rather is for it to set them against this old world and its defenders, as is already happening here and there in the many acts of rebellion and insubordination. There is no question of us throwing water on the glowing embers of these revolts, but rather of throwing, like the goddess Discordia [Eris], the apple of discord into the middle of this society where mercantile and repressive relations seem to have taken the upper hand over mutual aid, solidarity and the search for a life that we would like to live. Also against the wide resignation and search for consensus at all costs – even at the cost of apathy.

Outside all dogmas and with an anarchist perspective, La Discordia is a library that aims to nourish a revolutionary project in some of its fundamental aspects: reading, debate, theory, writing, paper, discussion. A place to meet to share information on current events of the revolutionary and anti-authoritarian movement throughout the world, to compare ideas, discover, dig; a place where discussion is not necessarily synonymous with consensus and is not reserved for specialists. It is also a physical place to get out of everything virtual, with debates in person, face to face and in sharing. It is books, newspapers, leaflets, pamphlets, posters and other documents, archives of today and yesterday to contribute to the transmission of the history of individual and collective struggles. Anything that can further the development of ideas, rupture with the State, politics and Capitalism. If Discordia caused the Trojan War with her provocative action, we hope with ours to contribute in some way to the war against all authority, adding fuel to its ideas.

La Discordia is an autonomous (and in deficit) library, which also depends on your support and participation. Located in the northeast of Paris, it is a question of making more visible and accessible a still discreet but continuous anarchist presence in these neighbourhoods for some years.

Feel free to consult the program and the catalogue, and especially to pass to borrow books, work quietly on the archives, discover new texts and pamphlets, go through the distro, leave publications, discuss, propose something or just spend a few hours outside of widespread resignation.

Books, not cops !

ladiscordia (at) riseup.net
ladiscordia.noblogs.org

Bibliothèque anarchiste La Discordia
45, rue du Pré Saint-Gervais
75019 – Paris

7

Biblioteca anarchica La Discordia

La discordia é una forma profonda di disaccordo, un dissenso violento che divide le persone e le aizza le une contro le altre. Noi vogliamo puntare a che essa le opponga piuttosto a questo vecchio mondo e ai suoi difensori, come si può già vedere, qua e là, attraverso numerosi atti di rivolta e d’insubordinazione. Non si tratta affatto, per noi, di gettare dell’acqua sulle braci di queste rivolte, ma al contrario di gettare, come la dea Discordia, il pomo della discordia nel bel mezzo di questa società in cui i rapporti mercificati e repressivi sembravo aver avuto la meglio sul mutuo appoggio, la solidarietà e la ricerca di una vita che ci piacerebbe vivere. Anche contro questa rassegnazione diffusa e la ricerca del consenso ad ogni costo – anche al prezzo dell’apatia.

Al di fuori di ogni dogma, ed in una prospettiva anarchica, La Discordia è una biblioteca che vuole nutrire un progetto rivoluzionario attraverso alcuni dei suoi aspetti fondamentali: la lettura, il dibattito, la teoria, la scrittura, la carta, la discussione. Un luogo in cui trovarsi per condividere delle informazioni sull’attualità del movimento rivoluzionario e antiautoritario attraverso il mondo, per confrontarsi sulle idee, scoprirne, approfondirne; un luogo in cui la discussione non è per forza sinonimo di consenso e non è riservata agli specialisti. Si tratta anche di un luogo fisico, per uscire dal “tutto-virtuale”, con dei dibattiti a viva voce, faccia a faccia e nella condivisione. Si tratta di libri, giornali, volantini, opuscoli, manifesti e altri documenti, archivi di oggi e di ieri, per contribuire alla trasmissione della storia delle lotte, individuali così come collettive. Tutto quello che potrà favorire lo sviluppo delle idee, in rottura con lo Stato, la politica ed il Capitalismo. Se Discordia, con il suo gesto provocatore, ha causato la guerra di Troia, noi vogliamo modestamente contribuire alla guerra contro ogni autorità, aggiungendo del carburante per la sua riflessione.

La Discordia è una biblioteca autonoma (e deficitaria) che dipende anche dal vostro sostegno e dalla vostra partecipazione. Installata nel Nord-Est di Parigi, vuole rendere più visibile ed accessibile una presenza anarchica ancora discreta, ma continua in questi quartieri da alcuni anni.

Consultate, se volete, il programma ed il catalogo e soprattutto passate per prendere in prestito dei libri, lavorare con calma sugli archivi, scoprire nuovi testi ed opuscoli, frugare nella distro, posare delle pubblicazioni, discutere, farci partecipi delle vostre questioni, proporre qualcosa o semplicemente passare qualche ora al di fuori della rassegnazione generalizzata.

Libri, non sbirri!

Bibliothèque anarchiste La Discordia
45, rue du Pré Saint-Gervais
75019 – Paris

Aperta tutti i lunedì dalle 16 alle 20 (o su appuntamento).

ladiscordia[at]riseup.net
ladiscordia.noblogs.org

Inaugurazione domenica 10 maggio 2015 alle 18.

7

Inauguration de la Discordia et programme de mai 2015

Télécharger le programme de la Discordia – mai 2015

mai2015-DiscordiaPermanences tous les lundis de 16h à 20h à partir du 4 mai 2015.


 Inauguration de La Discordia

Dimanche 10 mai 2015 – 18h

Venez découvrir la Discordia, en savoir plus sur le projet et discuter. Vous pouvez amener, si vous le souhaitez, à boire et à manger.


Des Cinq de Haymarket à Sacco et Vanzetti : tous innocents, tous martyrs ?

Mercredi 20 mai 2015 – 19h

Les anarchistes, des idéalistes inoffensifs ?
C’est l’image qu’en donnent certains (dont des anarchistes) à travers une réécriture de l’histoire qu’ils ponctuent de mythes et de figures de martyrs immaculés, innocentés comme des martyrs chrétiens. Mais tout cela ne peut se faire qu’au prix de la dissimulation, entre autres, de certains aspects de la vie et de la pensée de ces mêmes compagnons, et donc la trahison de leurs idées. Dépeindre les cinq compagnons exécutés suite aux événements d’Haymarket à Chicago ou Sacco et Vanzetti comme de simples idéalistes, doux rêveurs inoffensifs, presque pacifistes ou syndicalistes, est une insulte à leur mémoire et à leurs vies passées à combattre le pouvoir avec les idées, mais aussi avec les armes. Réalisé à l’occasion de cette discussion, on pourra lire ce petit recueil [disponible à la Discordia], dans lequel tentative est faite de réhabiliter leur mémoire, loin de toute « innocence » ou « culpabilité » que nous laissons aux juges et historiens, et plus proche de nos perspectives révolutionnaires ou insurrectionnelles, que ces compagnons revendiquaient tous.


Mixité sociale, rénovation urbaine et guerre aux pauvres…
Trouver des pistes pour combattre la gentrification

Dimanche 31 mai 2015 – 19h

Sur le sujet, celles et ceux qui le souhaitent pourront lire ou relire le dossier intitulé « Gentrification, urbanisme et mixité sociale » dans le journal anarchiste Non Fides n°3 (pages 45 à 71). Épuisé, on pourra le consulter à la Discordia ou au format PDF).